Mal-commode

 

Mais il n’y a pas un dépanneur qui dépanne vraiment

Que de l’alcool en bouteille comme un pansement 

-          David Giguère

 

 

C’est là que tu m’as dit que je devrais m’ouvrir un dépanneur si je voulais continuer à sauver le monde comme je le fais, à me transformer en métier-à-vocation en trois secondes à chaque fois que quelqu’un a besoin de quelque chose. Tu m’as dit ça en marchant sur le plancher propre avec tes bottes sales, pour mettre encore plus de poids sur tes mots, parce que tu sais à quel point laver le plancher est pour moi une corvée. Le bout de la marde, c’est d’être à quatre pattes en train de frotter.

 

Oui, je pourrais le laver à la moppe. Serais-je la fille de ma mère si je n’imprimais pas mes rotules dans le prélart ? J’en doute.

 

Là, quand je vais effacer tes traces sur les lattes de faux bois qui flotte , je vais repenser à ce que tu as dit, avoir mal aux genoux, maudire le gène de la propreté compulsive et jongler avec l’idée d’ouvrir un dépanneur. Maudite belle soirée.

 

Je pourrais, au fond, tenir ça, un dépanneur. Un vrai là. Un convenient store où on ne trouve que des choses commodes. Ma grand-mère dit ça, encore, le mot commode. Comme dans être commode ou être mal-commode. J’suis rarement mal-commode. Sauf quand j’te tire les poils autour de ton nombril.

 

Dans le fond, à droite, il y aurait un dortoir, pour les soirs où c’est préférable de ne pas rentrer dormir chez soi, pour éviter le petit drame de prononcer les mots qui ne veulent pas sortir, pour que la poussière se repose. Des petits lits simples avec des couvertures en polar. Arrête de rire, les couvertures en polar c’est synonyme de réconfort. Devine pourquoi je dors dans ta doublure de manteau dès que tu découches…

 

À gauche, il y aurait une étagère fin-de-mois, avec des 20$ et des bols de soupe Lipton. Quoi ? La soupe Lipton guérit tout, même la maladie des sous.

 

Au centre, on retrouverait des gens avec des grandes oreilles et aucun conseil. Juste des oreilles. Des fois, on n’a besoin que de faire entendre.

 

Je pense à un mur de clés aussi. Perdre ses clés, c’est moche, tu trouves-pas ?

 

Près de la caisse, j’aimerais qu’il y ait un ramancheur. Migraine, pompe à gaz, tuyau de laveuse, disque dur, dépression pis toutte. Tu as quelque chose, il te ramanche, t’es good to go.

 

J’vais le faire, je pense. Je vais ouvrir un dépanneur qui dépanne pour vrai. Un dépanneur offrant exactement ce que la demande veut. Un dépanneur sur mesure pour tous les petits bobos et les grands malheurs. Un feel good magasin.

 

Mais quand je vais avoir mon dépanneur, vas-tu continuer à me donner les verres qui sont sur la tablette la plus haute quand même ? T’es commode même quand t’es mal-commode.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>